A l'ombre du Cagire......

Publié le par Mamminic

Related Posts with Thumbnails

 

Cagire, mon beau pic, resplendit ce matin

 

 

 

 

Le Cagire enneigé

 


La Garonne, en chantant, traîne son bleu (vert) satin....

 

La Garonne

 

 

 

Pourquoi tant réclamer cette plage lointaine....

 

A l'ombre du Cagire, oh, que nous manque-t-il?

 


 

hruler01

 

Un plateau verdoyant, là, s'étendait immense....

Des sources jaillissaient, tels rubans indomptés....

 

Lac d'Oô en été

 

 

 

 

Des brebis pâturaient dans ces lieux désertés,

Leurs clarines rompant quelquefois le silence.

 

 

 

Troupeau brebis

 

Quelques strophes d'un poème écrit par Charlotte Bruneau-Madras en images.....

 

 


 

En attendant les beaux jours......

 

 

 


 

!cid 101028dc409c@gif-mania

 

 


 

 

 


Publié dans Poésie

Commenter cet article

Paul. Arrighi 31/10/2016 18:52

Automnes de Luchon

Phébus s'était lové sur le val de Luchon,
Les arbres rougeoyaient comme sous le pinceau,
D'un Van Gogh qui aurait amené la Provence,
Dans les vertes Montagnes des Pyrénées centrales
Non loin de l'Aneto et très près du Vénasque.
Mais tout ce verdoiement laissait place à l'automne.
Avec ses rougeoiements, ses mauves et ses dorés.
Et les fins cheveux roux donnés par des buissons.
La nature semblait avoir changé d'atours.
Pour nous faire oublier l'été et ses douces torpeurs.
Les Oorekas, les Berbéris et les Erables se parent,
D'atours d'or ou de rouge sang,
Comme pour les noces des feuilles et de la lune.
Oui, les derniers rayons sont toujours les plus beaux !
Dans les futaies et les clairières pourpres.
Et l’automne tendre a un goût de châtaignes,
Grillées dans les jardins ou embaumaient les roses.
Et de flambées heureuses et de baisers brûlants.
La montagne est si belle que l'on voudrait figer.
Ces splendeurs éphémères et suspendre le temps.
Afin de contempler toujours ces beautés vives
De la ville Coquette et du val arboré.
Les jardins de «la Pique» faisaient belle figure,
Si près de la rivière aux eaux vivifiantes.
Et l'ancien Casino nous donnait à songer,
Aux beautés d'autrefois alanguies, sous la soie,
Dans les bals bien réglés parés d'un luxe chaud,
Ou il faisait parfois bon savoir jeter bas,
Les fausses les convenances pour le beau Cupidon.
Aujourd'hui; riantes et bronzées, les belles
Sont sportives, parcourent la Montagne.
Et viennent au «vapo» pour bien se délasser.
Oh; Reine d'autrefois, toujours ville de charmes.
Tes automnes suggèrent des rêves de bonheur,
De vies épanouies et de soins pour les êtres.
Ou il est reposant de venir t'admirer.
Parmi tes fleurs, les arbres et ton air vivifiant.

Paul Arrighi, Luchon, le 30 10 2016

Mamminic 31/10/2016 19:55

Merci pour ce beau poème qui montre combien vous aimez "nos montagnes". Luchon est vraiment la "Reine des Pyrénées" encore aujourd'hui.

Decan Nicole 22/01/2011 16:20



Bonjour Monique,


Encore un bien beau reportage, on aurait bien envie d'aller marcher dans tes montagnes et admirer ces magnifiques paysages.


Ici le temps est un peu meilleur aujourd'hui le ven du nord a cessé, mais il ne fait pas encore bien chaud, ne nous plaignons pas nous avons un beau soleil et du ciel bleu.


Je te souhaite un agréable week-end


A bientôt et gros bisous


Nicole






jardinette 22/01/2011 15:54



Très joli... belle région


Bon week end


Jardinette



maite 22/01/2011 10:30




Source : lygane.centerblog.net sur centerblog." />


Gros bisous Mamminic et belle journée à toi. Pas de neige chez moi.



perrine 21/01/2011 14:16



quoi de plus charmant que d'être à l'ombre de ton pic. Très belle région Mamminic.
Bises et à +